L’astrologie Le grand voyage en soi et dans l’avenir

 

 

 

 

Il y a trente ans André Barbault annonçait une pandémie mondiale pour 2020 après avoir prédit, entre autres, dès 1955 la chute de l’Empire soviétique en 1989!

L’astrologie s’est en effet toujours voulu annonciatrice des grands événements de l’Histoire. Ainsi, le cardinal d’Ailly et Nostradamus avaient prévu très longtemps à l’avance la révolution de 1789. Et d’ores et déjà, les prochains rendez-vous planétaires du XXIè siècle sont annoncés…

L’astrologie a traversé les siècles et toutes les civilisations tout en sachant constamment se renouveler. C’est particulièrement vrai pour la seconde moitié du XXè siècle où l’on a vu naître toutes sortes de courants nouveaux.

Peu importe qu’elle soit rejetée encore par la plupart des universitaires, l’astrologie est de plus en plus présente dans notre société.   Un français sur deux  y croit et  la considère comme plus « scientifique » que l’économie. Ses adeptes n’hésitent plus maintenant à consulter les astrologues et à suivre des cours.

Yves Lenoble enseigne sa discipline aimée depuis plus de trente ans à l’école Agapè dont il est un des membres fondateurs. Il a organisé de 1991 à 2003 le congrès des astrologues et astrophiles français qui a pu réunir des milliers de personnes et a été invité dans les plus grands congrès mondiaux. Il a publié Initiation à la pratique des cycles planétaires et donne des consultations depuis 50 ans.

                                                  Prix de l’ouvrage dédicacé 19€ + frais de port

 

 

L’AVIS des lecteurs

Le commentaire de Christophe Bussien sur https://astroguide.net

Le milieu astrologique francophone attendait depuis longtemps un nouveau livre d’Yves Lenoble, bien connu comme conférencier, professeur et organisateur de nombreux congrès d’astrologie à Paris. Je n’ai pu assister que rarement à ces congrès mais je me rappelle de deux conférences où Yves subjuguait son auditoire avec son incroyable capacité à le tenir en haleine sur ses sujets de prédilection : l’astrologie de groupe et les cycles planétaires.

On aurait pu s’attendre à un livre très technique mais Yves nous offre bien plus : une véritable histoire de l’astrologie française depuis les années 60. A travers son propre parcours (sa rencontre avec André Barbault et Jean-Pierre Nicola, les écoles d’astrologie où il put exercer comme professeur, les congrès qu’il organisa, l’aventure Astroflash) il nous fait vivre ces années qui aujourd’hui nous paraissent si lointaines.

L’auteur n’oublie pas de nous parler avec simplicité et clarté de Nostradamus, de psycho-généalogie et surtout de cycles planétaires, sujets où il excelle. Il revient ainsi sur la fameuse prédiction d’André Barbault concernant la pandémie qui nous frappe. Mais également sur les périodes à venir, plus heureuses, comme 2026.

Dès le début, Yves Lenoble pose quelques éléments de réflexion sur ce qu’est l’astrologie et termine son livre sur la pratique des cours et des consultations, donnant ainsi de vivants témoignages.

L’évocation de l’histoire de l’astrologie de ces dernières décennies reste pour moi la partie plus passionnante et me laisse encore songeur. Avec l’espoir que l’avenir nous réservera encore de bons moments de rassemblement entre amateurs d’astrologie.

 

 

Le commentaire d’Eric Panichi, président honoraire de l’IAB (Institut astrologique belge) :

« Fort de sa longue expérience, l’auteur nous livre ici un témoignage touchant de son parcours dans le milieu astrologique, et de sa rencontre avec les personnages clés de l’astrologie française de la seconde partie du 20ème siècle.

Il nous parle de ses recherches si fondamentales sur les cycles, l’astrologie des groupes (entre autres). En nous livrant ses préoccupations, il partage aussi ses intuitions sur la pratique de l’art d’Uranie, sa relation à la tradition au delà de la querelle des anciens et des modernes.

Acteur essentiel sur le plan de la formation (au sein d’AGAPE), il a aussi permis et réussi la rencontre si délicate des astrologues tout au long des célèbres congrès qu’il a organisés. En partageant son expérience, Yves Lenoble nous relie à une astrologie que nous espérons décloisonnée, et libérée des querelles d’école.  »

Formulaire à remplir pour obtenir de plus amples renseignements

    Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

    Cours et consultation d’astrologie

    Je donne des consultations et enseigne l’astrologie depuis plusieurs décennies.

    Les consultations astrologiques sont données  à Poissy (Yvelines) ou par zoom pour ceux qui ne peuvent venir à Poissy.

    Outre les cours que je donne dans le cadre de l’école Agapè, je donne également   à Poissy ou par zoom des cours particuliers.

    J’organise sur demande des séminaires

    • sur l’astrologie des groupes
    • l’astrologie ancienne
    • le fonctionnement du logiciel Auréas

     

    Vous pouvez me contacter avec le formulaire qui se trouve dans la rubrique Yves Lenoble qui se trouve en haut à gauche

     

     

    Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

    Les tablettes zodiacales de Grand

    L’archéologue J.P. Bertaux1 a découvert à Grand, dans les Vosges, en 1968 au fond d’un puits deux tablettes astrologiques en ivoire brisées en 188 morceaux. Il a été possible à force de patience de reconstituer presque intégralement les deux tablettes et leurs couvercles.  L’une des tablettes est au musée d’Epinal (Vosges), l’autre étant au musée de Saint-Germain-en-Laye. Ces tablettes que l’on  date du deuxième siècle après Jésus-Christ ont été trouvées dans un endroit qui était un sanctuaire très réputé consacré à Apollon. Elles étaient utilisées par les astrologues de l’époque pour interpréter les thèmes. C’est pour la connaissance de la pratique de l’astrologie grecque une découverte très utile.

     

    Le zodiaque de Grand qui se trouve au musée de Saint Germain en Laye

    Continuer la lecture

    Publié dans articles Yves Lenoble | Un commentaire

    Jean-Pierre NICOLA nous a quitté

    Jean-Pierre Nicola

    Jean-Pierre Nicola est l’une des grandes figures de l’astrologie contemporaine. Il a réussi à imposer un nouveau courant, celui de l’astrologie conditionaliste. Une astrologie qui prend en compte l’environnement du consultant et qui s’appuie sur l’astronomie et les sciences humaines. J’ai été très proche de lui pendant une trentaine d’années de 1963 à 1993. Je lui dois beaucoup. Nous lui devons beaucoup.

    Jean-Pierre a d’abord fait partie de la section « Psychologie » du Centre International d’Astrologie (CIA).  Ce groupe se réunit sous la houlette d’André Barbault tous les samedi 77 rue Mouffetard. On y discute de tout ce qui concerne l’astrologie mais tout particulièrement des liens entre l’astrologie et la caractérologie, la psychanalyse et les tempéraments. Jean Carteret, « l’âme » de ce groupe encourage Jean-Pierre à développer son approche, conseil qu’il s’est empressé de suivre. Jean-Pierre appréciait tout particulièrement ce grand poète né le 27 mars 1906 à 10h selon l’état-civil (à 9h40 d’après lui) dont le thème ressemblait à bien des égards à celui de Francine, sa mère  née 4 jours plus tôt  le 23 mars 1906 à 9h à Nice. A noter que ces deux thèmes et le thème de Jean-Pierre ont la dominante commune d’un trigone Saturne-Neptune (voir les thèmes ci-dessous).

    Jean-Pierre ne voyageait pas beaucoup. Mais à 27 ans – Neptune est en sextile de lui-même – il fait un voyage dans le Hoggar et c’est inspiré par le ciel de Tamanrasset qu’il commence à écrire son premier livre  La Condition Solaire. Il eût du mal à trouver un éditeur : c’est seulement neuf ans plus tard sous le retour de son trigone natal Saturne Neptune qu’il réussit à le publier aux Editions Traditionnelles.  Ce livre révolutionnaire met non seulement en rapport les 24 types de Pavlov avec les douze signes du zodiaque mais il propose de nouvelles théories, notamment la Théorie des Ages et le R.E.T. (Représentation-Existence- Transcendance). Tout cela est maintenant bien connu.

     

    Jean-Pierre s’est intéressé à tous les aspects de l’astrologie. Ce praticien de l’astrologie individuelle comme de l’astrologie mondiale avait l’humilité de me faire part de ses rares échecs prévisionnels ; c’est, me disait-il,  la compréhension de mes erreurs qui me permet d’améliorer mes interprétations.

     

    1964 : Jean-Pierre est en train d’écrire son cours par correspondance où il développe non seulement les grandes règles de l’interprétation mais également la théorie des Ages, les cycles planétaires, les signes selon le zodiaque réflexologique. J’ai la chance avec Christine Saint-Pierre de suivre ce cours tout à fait novateur et de bénéficier lors des corrections des exercices de ses précieux conseils.

     

    Jean-Pierre avait pour maître Ptolémée et Kepler. Il maîtrisait parfaitement l’astronomie. Et pour mieux comprendre – et faire comprendre – la dimension astronomique de l’astrologie, il avait fait réaliser une grande sphère armillaire par le père de l’astrologue humaniste  Jean-François Berry  qui était forgeron. Cette sphère – qu’il appelait « Coco » – permettait de visualiser le thème astrologique en trois dimensions, de comprendre ce qu’était les uns par rapport aux autres, les plans de l’horizon, du méridien, de l’écliptique et de l’équateur céleste. Nous pouvions par exemple nous rendre compte concrètement de ce qui  diffère lorsque l’on naît près de l’équateur ou  près du cercle polaire.

     

     

    L’astrologie commence à s’informatiser à la fin des années 60. Jean-Pierre conçoit pour Astroflash une étude de caractère pour les enfants tout à fait remarquable. Il met au point une grille qui lui permet de repérer dans un thème les quatre planètes les plus importantes ainsi que le signe le plus fort. Il développe sur une cinquantaine de lignes les convergences et les antagonismes qui existent entre ces quatre planètes, le signe dominant étant interprété en fonction des caractéristiques de ce quatuor planétaire.  Je considère ces 210 portraits planétaires comme de véritables chefs d’œuvre qui mériteraient d’être publiés tant ils sont d’une justesse et d’une précision étonnante.

    Il est également à l’origine de l’étude Révolution solaire qui  a largement contribué à la réussite d’Astroflash. La constitution de trois grilles très détaillées  (celles du natal, de la RS, du transit de la RS sur le Natal) permet d’analyser les multiples configurations en jeu, de les hiérarchiser et d’interpréter celles qui ont le plus d’importance de manière globale et dans six domaines particuliers.

     

    Jean-Pierre pouvait avoir la dent dure,  ce qui était très utile quand il s’agissait de défendre l’astrologie. En 1972 Gerald Messadié publie « Le zodiaque a 24 signes ». C’est un ouvrage hostile à l’astrologie et qui s’efforce de la ridiculiser. L’auteur est invité à à la télévision pour parler de son livre en présence d’un astronome et d’un astrologue (en l’occurrence Monsieur X). C’est Jean-Pierre l’astrologue sans nom… Très vite Jean-Pierre prend la parole et interpelle l’auteur en lui assénant : Monsieur Gerald Messadié ou vous êtes un génie ou vous êtes un âne. Comme le précise La Connaissance des Temps – la bible des astronomes –  un signe comporte 30°, alors ou vous avez inventé le cercle avec 720° et là je dois m’incliner devant le génie, ou vous dites n’importe quoi et vous méritez le bonnet d’âne. Heureusement qu’il y avait un astronome pour prendre le relais car Gérald Messadié, pris à contrepied, n’osa plus du tout prendre la parole pendant tout le reste de l’émission, de peur sans doute d’être à nouveau ridiculisé…

     

    C’est au sein du Centre d’Enseignement et de Formation à l’Astrologie (CEFA) que Jean-Pierre va commencer à diffuser ses idées. Tout un petit groupe – avec en tête Max Lejbowicz – va l’inciter à affirmer son courant et c’est ce qu’il va entreprendre à partir de 1974. Cela commence lors des Journées Internationales Astrologiques de Paris organisées fin septembre 1974 à l’hôtel Méridien par le CIA, Jacques Halbronn et  l’ISAR (International Society for Astrological Research) où Max Lejbowicz et moi-même aidons notre « maître » à défendre  les idées de l’astrologie conditionnelle (qui deviendra plus tard l’astrologie conditionaliste).

    On peut tout à fait suivre le développement de ses idées au fil des articles publiés dans les Cahiers conditionalistes, la revue du COMAC (Centre d’Organisation des Méthodes d’Astrologie Conditionaliste).  27 numéros sont parus entre 1980 et 1998 (les multiples sujets traités sont détaillés sur le site

    https://dsa.pagesperso-orange.fr/sommaires.html#27)

     

    Françoise Hardy qui a suivi les cours du CEFA avait beaucoup d’estime pour Jean-Pierre. Elle lui propose au début des années 80  une collaboration à Radio Monte Carlo (RMC) dans le cadre de l’émission Les signes du destin. Un écrivain raconte la vie d’un personnage célèbre et de temps à autre Françoise Hardy intervient en lisant l’interprétation du thème de ce personnage rédigée par Jean-Pierre. Nous avons la trace de ces interprétations dans la série remarquable des douze signes du zodiaque publiée  aux Editions du Rocher/RMC. Cette collaboration s’est muée en une profonde amitié. La preuve : Jean-Pierre fut en mars 1981 le témoin de Françoise Hardy lors de son mariage avec Jacques Dutronc et si, je ne me trompe, Françoise Hardy fut la même année la témoin de Jean-Pierre lors de son mariage avec Yen.

     

    Jean-Pierre a publié après l’Astrologie moderne parue au Seuil (1977) toute une série de livres aux Editions Tchou : d’abord Le grand Livre du Taureau (1979), puis Le grand Livre de l’Astrologue (1983), Pluton (1985), Neptune (1987) et en dernier lieu  Le grand livre des prévisions (1992).

     

    Entre temps, en 1986,  il avait conçu et dirigé chez Albin Michel un des ouvrages qui, à mon avis, fera date dans l’Histoire de l’Astrologie : L’Astrologie Universelle. Françoise Hardy a aidé au succès de ce livre auquel ont collaboré Richard Pellard, Philippe Pinchon et Bernard Blanchet. On trouve notamment pour chaque signe six interprétations différentes en fonction des familles du RET. Je n’ai cessé depuis 1986 de conseiller à mes élèves  d’utiliser dans leurs interprétations ces 72 textes tout à fait novateurs et remarquablement rédigés.

     

    Une anecdote qui montre la vérité de ce proverbe « Ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés ». J’avais invité Jean-Pierre à donner une conférence à l’ARRC en mai 1982. Jean-Pierre était passé maître dans la hiérarchisation des planètes et il accordait toute son importance à la planète qui venait en dernier, celle qui a le moins d’aspects (ou qui n’en a pas du tout).  Il l’appelait la planète aveugle. Elle représentait l’ombre, ce par quoi ou par qui nous sommes fascinés.  Sans arrière-pensée, je lui demande à la fin de la soirée : quelle est dans ton thème la planète aveugle ? Pas de réponse… Je lui suggère alors : ne serait-ce pas Uranus ? Et il a admet qu’il a un temps été  fasciné par l’uranien André Barbault et que maintenant il est sous le charme de l’uranienne Françoise Hardy.

     

    Les astrologues ont pendant longtemps reproché à Jean-Pierre d’être « matérialiste ». C’était absolument faux.  Il en a donné la preuve lors du congrès Astrologie et Spiritualité  organisé par le COMAC et l’ARRC en 1992. Pendant deux jours une bonne quinzaine d’astrologues ont mis en commun leur approche sur la spiritualité de l’astrologie. Je me souviens tout particulièrement de la table ronde où, loin du cliché – les signes printaniers sont plus instinctifs tandis que les signes hivernaux plus spirituels -,  douze astrologues ont témoigné de la dimension spirituelle de chacun des douze signes du zodiaque. J’évoquai à la fin de ce congrès cette phrase que Jean-Pierre m’avait écrit dans une lettre reçue en 1965 : « Quand toutes les choses seront à leur place… peut-être verra-t-on la place essentielle de l’Etre ».

     

    Ce n’est pas sans émotion que j’ai écrit toutes ces lignes. Jean-Pierre m’a encouragé dès mon adolescence à devenir astrologue. Il m’a apporté son aide en me formant, en corrigeant mes premières interprétations, me mettant ensuite le pied à l’étrier en me confiant des thèmes à interpréter, puis en m’incitant à donner des cours au CEFA comme à prononcer ma première conférence au congrès de l’hôtel Méridien. Je lui dois beaucoup.

    Un grand merci pour ce que tu m’as apporté et ce que tu as apporté à la communauté astrologique.

    Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

    Yves Lenoble : L’astronomie de Mercure et ses cycles

    Conférence donnée le 17 mars 1990 lors du premier congrès de l’ARRC

    Lors de cette intervention j’ai abordé la symbolique de Mercure à partir de ses cycles.

    J’ai en outre passé en revue les textes du Tetrabiblos de Ptolémée qui évoquent Mercure.

    Publié dans conférence audio Yves Lenoble | Laisser un commentaire

    La symbolique de Saturne selon André Barbault

    Voici la très belle conférence sur Saturne donnée par André Barbault au congrès de l’ARRC de mars 1996. Elle s’intitulait Aperçu synthétique sur Saturne.  Après avoir analysé tout ce que le cycle trentenaire de Saturne implique, le père de l’astrologie moderne insiste sur la bipolarité du dieu Cronos et en montre ses côtés positif et négatif.

    https://soundcloud.com/user-820689417/saturne-et-son-symbolisme-09-apercu-synthetique-sur-saturne-a-barbault

    Publié dans conférences audio | Laisser un commentaire

    Solange de Mailly Nesle : Saturne et Lune gardiens du seuil dans la vie spirituelle

    • Conférence de Solange de Mailly Nesle intitulée Saturne et Lune gardiens du seuil dans la vie spirituelle

    https://soundcloud.com/user-820689417/saturne-et-lune-gardiens-du-seuil-dans-la-vie-spirituelle-s-de-mailly-nesle

     

    Voici les données des thèmes qui illustrent la conférence de Solange de Mailly Nesle :

    Gérard de Nerval est né le 22 mai 1808 à 20h à Paris

    Karl Gustave Jung est né le 26 juillet 1875 à 19h32 à Kesswill Suisse (Ascendant 4° Verseau)

    William Blake est né le 28 novembre 1757 à 19h30 à Londres

    Johann von Goethe est né le 28 août 1749 à 12h à Francfort sur le Main (Allemagne)

     

    Je profite de cet e-mail pour remercier Didier Geslain qui rend un service inestimable à la communauté astrologique en obtenant des mairies les heures de naissance des personnes qui marquent l’actualité.

    Que ceux qui ne sont pas encore informés de l’existence de ce service sachent qu’il est possible de s’abonner pour un montant somme toute modique et ainsi de recevoir quasi quotidiennement les informations indispensables pour suivre l’actualité sous un angle astrologique.

     

    Email de Didier : geslaindidier@gmail.com

    Publié dans conférences audio | Laisser un commentaire

    Yves Lenoble

    Yves Lenoble découvre à 16 ans l’astrologie grâce à la lecture des livres d’André Barbault. Tout en se formant à l’astrologie auprès de Jean-Pierre Nicola, il poursuit des études de psychiatrie sociale et d’ethnologie. il se spécialise à partir de 1974 dans l’étude des cycles en astrologie.

    Il écrit des articles dans les différentes revues d’astrologie et crée son école en 1975.

    En 1989, il est un des membres fondateurs de l’école Agapè (Association Générale des Astro-Psychologues Européens) créée à l’initiative de Solange de Mailly Nesle.

    En 1992 il obtient un DESS d’Ethnologie sur l’enseignement de l’astrologie à Paris VII, où il y enseigne.

    Il montre en 1994 dans Initiation à la pratique des cycles planétaires que l’approche cyclique proposée par André Barbault en astrologie mondiale s’applique également en astrologie individuelle.

    Afin d’établir un pont entre l’astrologie mondiale et l’astrologie individuelle, il pose les jalons de l’astrologie des groupes.

    De 1991 à 2003 il organise au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris le congrès annuel des astrologues et astrophiles français qui a pu réunir  400 personnes.

    Il est secrétaire de 2000 à 2004 de la Fédération des Astrologues de l’Europe du Sud.

    De 2000 à 2010 Il organise à Paris et en Toscane des séminaires d’astrologie ancienne avec Giuseppe Bezza.

    De 1994 à 2018 il participe à de nombreux congrès et séminaires internationaux (Montréal au Canada, Barcelone en Espagne, Venise, Milan, Pérouse en Italie, Mykonos en Grèce, Heidelberg en Allemagne, York en Ecosse…).

    Le 1er décembre 2019, il organise à Paris avec Martine Barbault et Solange de Mailly Nesle l’hommage à André Barbault.

      Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

      Dominique Levadoux : Les matrices périnatales

      STADES MATRICES DE LA NAISSANCE 

       

      Conférence donnée à Source  le 12 décembre 2019

      Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

      Les Actes Sep Hermes 1996-2000

      Les actes des congrès de novembre

       

      La Prévision en Astrologie (1996)

      Comment aborder la prévision en astrologie :

      • Quelles sont ses possibilités et ses limites ?
      • Y a t-il une cohérence entre les différentes techniques prévisionnelles ?
      • Peut-on parler d’un langage approprié pour chacune d’elles ?

      Théorie et application pratique sur les thèmes de Freud et Jung avec

      • Martine Barbault : Les transits
      • Yves Lenoble : Les cycles
      • Lynn Bell : Les révolutions solaires
      • Charles Ridoux : Les mi-points
      • Danièle Jay : Les directions primaires
      • Marie-Ange Séjournet : La vie de Freud
      • Solange de Mailly Nesle : La vie de Jung

      (synthèse des intervenants)

      Continuer la lecture

      Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

      Hommage à André Barbault

      Texte de l’intervention prononcée le 1er décembre 2019 à Paris à l’Asiem.

      S’il est une branche de l’astrologie où André Barbault est véritablement un novateur, c’est bien celle de l’astrologie mondiale. Ce pionnier a effectué des recherches considérables en ce domaine. Cet hommage présente ses recherches, évoque ses découvertes et montre le retentissement de ces dernières en France et à l’étranger.

      La Découverte de l’Astrologie Mondiale par les cycles

       

       

      Publié dans articles Yves Lenoble | Laisser un commentaire